Petit guide de rédaction épicène

Michelle Chanonat 20181224 – La revue JEU a décidé d’adopter la rédaction épicène, que ce soit pour les articles de la revue ou le site Internet. Grâce à ces quelques règles, et avec un peu de bonne volonté, la féminisation des textes devient possible. La langue est le reflet d’une société et elle doit évoluer avec elle. Ce guide de rédaction est évolutif. N’hésitez pas à l’enrichir et à le partager !

Définitions

Épicène : vient d’un mot grec qui signifie « possédé en commun ». Il décrit une technique de rédaction ou un texte qui met en évidence, de façon équitable, la présence des femmes et des hommes. Cette présence se manifeste par l’emploi de mots qui désignent aussi bien les femmes que les hommes (c’est-à-dire, par des formulations neutres), ou encore qui parlent explicitement tantôt des femmes, tantôt des hommes (c’est-à-dire, par la féminisation syntaxique).

Féminisation lexicale : Procédé par lequel un nom ou un titre masculin est transposé au féminin. Le rédacteur devient ainsi la rédactrice, l’agent financier supérieur devient l’agente financière supérieure, etc.

Féminisation syntaxique : Procédé de rédaction par lequel on nomme explicitement les femmes et les hommes, notamment par l’utilisation de doublets dans les phrases (p. ex. : Le gouvernement souhaite consulter les citoyennes et citoyens).

Générique : Se dit d’un mot qui désigne une classe d’êtres ou d’objets susceptibles d’être désignés chacun par un nom spécifique, p. ex. : un cours d’eau (rivière, fleuve, etc.) ou une personne (homme ou femme).

Genre : Le mot renvoie à deux notions distinctes : la catégorie grammaticale d’un nom (féminin ou masculin); et le « sexe social » d’une personne, par opposition à son sexe biologique.

1- Employer le collectif

Les noms collectifs désignent un ensemble de personnes, hommes ou femmes. Même si ce procédé est accusé de faire « disparaître les femmes », il peut être utile pour alléger un texte, mais seulement de façon occasionnelle.

Exemples de termes collectifs : assemblée, autorité, clientèle, collectivité, communauté, corps enseignant, effectif, électorat, équipe, foule, gens, groupe, lectorat, main-d’œuvre, personnel, peuple, population, public.

Les titres de fonction ou noms d’unité administrative sont également des termes collectifs. Il s’agit de termes qui désignent la fonction qu’occupe une personne plutôt que son titre. On peut également faire référence à l’unité administrative à laquelle la personne est rattachée.

Exemples :

Au lieu de : « Ce prix est remis aux employés. »

Dire : « Ce prix est remis au personnel. »

Au lieu de : « Merci d’envoyer un courriel à la directrice. »

Dire : « Merci d’envoyer un courriel à la direction. »

2- Faire preuve de créativité et reformuler

Cela permet de rédiger des textes inclusifs et harmonieux qui ne sont pas interrompus par la répétition de la forme masculine et féminine des substantifs et adjectifs.

Au lieu de : « Êtes-vous citoyen canadien ou citoyenne canadienne ? »

Dire : « Avez-vous la nationalité canadienne ? »


3- Avoir recours aux pronoms, termes, et adjectifs épicènes

Les éléments épicènes ne sont pas marqués du point de vue du genre grammatical, ils ont la même forme au masculin et au féminin. Ils éliminent l’utilisation de doublets, et peuvent contribuer à une plus grande concision et lisibilité.

Pronoms épicènes : on, vous, quiconque, personne, plusieurs, chaque…

Termes épicènes : artiste, bénéficiaire, bénévole, cadre, capitaine, diplomate, élève, fonctionnaire, gestionnaire, guide, interprète, journaliste, notaire, juriste, membre, propriétaire, responsable, scientifique, secrétaire, spécialiste…

Adjectifs épicènes : apte, interne, habile, anglophone, francophone, capable, contestataire, critique, agricole, destinataire, solidaire, sanitaire, scolaire, humanitaire…

4- Les doublets

Les doublets peuvent être utilisés pour inclure les formes masculines et féminines. Il faut cependant y avoir recours de manière judicieuse, car la répétition continuelle des doublets tout au long d’un texte risque d’entraver la lisibilité et l’intelligibilité du contenu. Par ailleurs, il faut noter que les doublets incluent les genres masculin et féminin, mais ne tiennent pas compte des personnes qui se considèrent non conformes au genre.

Exemple : cette politique s’applique à l’ensemble des travailleurs et travailleuses.

5- Les titres des postes, fonctions, métiers et grades au féminin

Utiliser les formes féminines admises et attestées par les dictionnaires, y compris celles qui sont combattues (autrice, écrivaine, professeuse, régisseuse, metteuse en scène…) Ces mots ont des siècles d’existence, ils peuvent donc être utilisés sans problème, même si l’usage voulait qu’ils se rapportent à l’ÉPOUSE de, comme : ambassadrice, générale, etc. Mais, depuis 1944, les femmes sont susceptibles d’occuper toutes les fonctions.

Éviter d’employer des féminins qui sonnent à l’oral comme des masculins : professeure, proviseure, ou même chercheure (alors que les chercheuses existent depuis longtemps). Si on dit danseuse ou directrice, on peut dire commandeuse ou autrice.

Utiliser les termes épicènes avec un article féminin : la ministre, la journaliste, et accorder les adjectifs et participes qui s’y rapportent : la secrétaire générale.

6- Adopter l’accord de proximité

Exit la règle qui dit que le masculin l’emporte sur le féminin ! L’accord de proximité, qui existe en latin et dans les langues romanes, donne au dernier terme l’avantage d’indiquer l’accord, ce qui nous fait dire : les hommes et les femmes sont belles. Mais rien n’empêche d’écrire non plus : les femmes et les hommes sont beaux…

L’accord de proximité ne porte pas seulement sur les adjectifs, mais aussi sur les verbes : « les corridors et les chambres attenantes ont été aménagées, elles permettent d’accueillir…»

7- Le point médian

Le petit point médian, très gracieux, a le mérite de donner à lire la forme féminine, parce que l’œil la voit : musicien·nes surdoué·es, écrivain·es entêté·es, avocat·es incompétent·es. C’est le meilleur choix pour la féminisation de la langue, parce qu’il est réservé à cet usage. On évite les parenthèses, les barres obliques et autres signes, parce qu’ils « contribuent à mettre les femmes entre parenthèses et n’habituent pas à voir la forme féminine du mot1».

Le point médian doit rester unique en cas de pluriel : physicien·nes convaincu·es et non pas (comme on le voit souvent) physicien·ne·s convaincu·e·s.

Il faut également éviter d’employer le point médian lorsque les deux formes sont distinctes : directeur·trice (ou pire : directeur·rice – je le dis parce que je l’ai vu), car le mot féminin apparaît comme disloqué. Il faut donc, dans ce cas, utiliser les deux termes.

Comment faire le point médian ?

Sur GNU/Linux :

  • AltGr + ⇧ Maj + ; : oss / français (variante), oss_latin9 / français (variante, Latin-9 uniquement), mac / français (Macintosh), oss_nodeadkeys / français (variante, sans touche morte), oss_sundeadkeys / français (variante, touches mortes Sun)
  • AltGr + ⇧ Maj + 1 : latin9 / français (variante obsolète), latin9_nodeadkeys / français (variante obsolète, sans touche morte), latin9_sundeadkeys / français (variante obsolète, touche morte Sun)
  • AltGr + : : français, français (sans touche morte), français (touches mortes Sun), belge
  • AltGr + . : français Suisse (clavier générique 105 touches PC)
  • ⇧ Maj + AltGr + . : bepo / français (Bépo, ergonomique, façon Dvorak), bepo_latin9 / français (Bépo, ergonomique, façon Dvorak, Latin-9 uniquement),
  • ⇧ Maj + * (du pavé numérique) : oss / français (variante), bre / français (breton), oss_nodeadkey / français (variante, sans touche morte), oss_sundeadkeys / français (variante, touches mortes Sun)
  • AltGr + * (du pavé numérique) : oss_latin9 / français (variante, Latin-9 uniquement), bepo / français (Bépo, ergonomique, façon Dvorak), bepo_latin9 / français (Bépo, ergonomique, façon Dvorak, Latin-9 uniquement) [réf. souhaitée]
  • Avec une touche compose : Compose + ^ + . ou Compose + . + -.

Sur Mac OS X, on peut obtenir le point médian en appuyant sur les touches suivantes :

  • ⌥ alt + ⇧ maj + F avec un agencement de clavier français ou belge ;
  • ⌥ alt + ⇧ maj + H avec un agencement de clavier espagnol, canadien multilingue ou suisse français ;
  • ⌥ alt + ⇧ maj + 9 avec un agencement de clavier anglais britannique, canadien anglais ou allemand ;
  • ⌥ alt + ; ou ⌥ alt + ⇧ maj + Λ avec un agencement de clavier grec ;
  • ⌥ alt+00B7 avec l’agencement de clavier universel (Unicode Hex).

Sur Windows :

  • Maj + 3 avec un agencement de clavier catalan ou espagnol ;
  • avec la combinaison de touche Alt :
    • Alt+250 pour le point milieu (·)

00B7 suivi de Alt+C (ou de Alt+X) dans les applications RichEdit (par exemple WordPad) ;

Sur un clavier Bépo :

  • AltGr + ⇧ maj + ..

Références :

Recommandations pour une rédaction inclusive – Bureau de la traduction, Gouvernement du Canada

Guide de la rédaction épicène de Condition féminine Canada

Hélène Dumais, Pour un genre à part entière, Guide pour la rédaction de textes non sexistes, Les Publications du Québec, Québec, 1988.

À lire :

Éliane Viennot, Le langage inclusif : pourquoi, comment, Éditions iXe, Donnemarie-Dontilly, 2018.

1

 Hélène Dumais, Pour un genre à part entière, Guide pour la rédaction de textes non sexistes, Les Publications du Québec, Québec, 1988.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.